[Film] The Garden of Words : La Critique

Publié le par Hamoniac

[Film] The Garden of Words : La Critique

Makoto Shinkai est un réalisateur de films d’animations japonais plutôt intéressant. La plupart de ses œuvres sont des romances très bien réalisées et touchantes. Mais ce qui le démarque c’est son style graphique très réaliste. Réaliste au point de se demander si ce n’est pas une véritable prise de vue que nous avons sous les yeux. Véritablement impressionnant ! Pour le film qui nous intéresse aujourd’hui on ne déroge pas à la règle. La dernière œuvre en date de Makoto Shinkai : The Garden of Words (言の葉の庭).

Pour ce film, Makoto Shinkai a non seulement créé le scénario mais a aussi travaillé directement sur la direction artistique et l’animation. De plus, le choix d’une durée de 46 minutes est de son fait car il préfère réaliser de courtes histoires. Pour ces différentes raisons, The Garden Of Words a un côté très personnel et reconnaissable. Voyons plus en détail ce que vaut ce film.

[Film] The Garden of Words : La Critique

Une histoire simple, mais pleine de significations

Takao est un lycéen de 15 ans qui sèche les cours les jours de pluies pour aller dans un parc du quartier de Shinjuku à Tokyo pour dessiner des chaussures car il désire devenir cordonnier. Un matin, il découvre sous l’abri où il s’installe d’habitude une jeune femme de 27 ans qui semble venir régulièrement pour manger du chocolat et boire de la bière. Depuis ce jour, ces deux personnages vont continuer à se voir et à échanger jusqu’à partager une sorte d’amour platonique.

L’histoire n’a rien de vraiment original ou de vraiment profond en raison de la durée du film. Mais elle reste néanmoins assez touchante même si elle reste un peu prévisible. L’émotion est clairement la priorité ici car l’histoire reste simple sans un surplus de dialogues ou d’exposition. L’émotion dans ce film passe par les visuels, l’animation, la musique et les bruitages et c’est assez reposant à suivre. Une scène que j’adore par exemple est le montage en accéléré de la vie des deux personnages, la musique est virevoltante autant que l’animation et donne une impression légère que le temps passe de manière positive pour les personnages. C’est vraiment agréable à suivre.

[Film] The Garden of Words : La Critique

Des visuels magnifiques et une animation époustouflante

Ce qui est remarquable avec Shinkai c’est qu’il a tendance à faire des décors très réalistes et des personnages assez « animés » dirais-je. Cela pourrait paraître bizarre, mais comme les deux éléments sont très colorés et pleins de vie, cela donne une patte remarquable au dessin et à l’animation et c’est tout à fait le cas avec The Garden of Words. Mais cela va encore plus loin ! Chaque plan est un véritable bonheur de réalisme et de composition et sachant que la plupart des plans sont faits en dessin traditionnel à la main, c’est tout bonnement impressionnant. On dirait réellement un travail d’orfèvre ce qui rend chaque plan véritablement précieux et important. Le plus impressionnant est certainement tous les effets de flou, de lumière ou de réflexion, mais le film va encore plus loin :

  • Gouttes de pluis tombant dans une flaque,
  • Poussière,
  • Craie qui s’abime,
  • Images de portables réalistes et animés,
  • L’eau du robinet
  • La neige qui tombe,
  • Le vent qui souffle dans les arbres et dans la pluie.

Tous les éléments listés ici sont d’une telle richesse en termes d’animation qu’ils sont à chaque fois mémorables et impressionnants. Ce qui vous plonge directement dans l’univers.

Malheureusement, à cause de contraintes budgétaires ou de temps, certains plans sont réutilisés deux ou trois fois. Ce qui est un peu dommage mais ne gâche en rien la qualité et la cohérence du film.

Tous ces effets, précis et beaux rendent le film véritablement poétique et agréable à regarder. Ce qui est en résonance parfaite avec l’histoire des deux amoureux.

[Film] The Garden of Words : La Critique

Une bande-son très précise

Ce souci du détail est aussi présent dans le design sonore. Chaque bruitage est au plus proche du réalisme qu’il est possible ce qui rend certaines scènes d’averse très relaxantes par exemple. Mais parfois aussi des sons sont omis pour installer un certain type de sentiment ou pour marquer un moment de l’intrigue. Simple, mais très efficace.

Le casting vocal japonais n’est pas sans reste avec des lignes très bien délivrées et convaincantes. J’ai particulièrement aimé Hana Kanazawa, la doubleuse qui incarne la mystérieuse femme. Toutes ses répliques sont dites avec énormément d’émotion ce qui rend le personnage extrêmement touchant.

Enfin, la musique est souvent jouée par un piano seul et se fait souvent assez discrète. Elle joue plus un rôle de support pour les scènes importantes. La bande-son n’en devient pas marquante mais elle est tout à fait suffisante. Deux morceaux m’ont marqué cependant : Les génériques de début et de fin qui sont de très bonne qualité.

[Film] The Garden of Words : La Critique

Une histoire de (re)construction

Le film est certes une histoire d’amour mais aussi une histoire de recherche personnelle. Et ces deux thèmes sont abordés de manière plutôt subtile dans la mise en scène. L’amour des deux personnages est toujours manifesté dans le parc et sous la pluie. Comme si cette dernière jouait le rôle d’un filtre qui protège le couple de leurs problèmes présents dans la ville. Et l’idée du parc dans un milieu urbain très mouvementé fait aussi penser à un havre de paix. La pluie change d’intensité en fonction de leur relation et c’est assez beau à voir.

Quant au côté de recherche personnelle, elle se fait en marchant. J’ai décompté un bon nombre de plans ou l’on voit les pieds des personnages à des moments clés de l’intrigue. De plus, ce n’est pas pour rien que Takao veut devenir cordonnier. Il construit lui-même ses chaussures pour qu’il puisse avancer vers son futur et va par la même occasion réapprendre à marcher à la femme mystérieuse pour quelle puisse avancer dans sa vie.

Ce sont deux thèmes plutôt beaux qui passent dans la mise en scène plutôt que dans les dialogues. Et je trouve que se symbolisme peu tape à l’œil rend le film très humble sur des problèmes que chacun d’entre nous a vécu. De plus, cela le démarque d’autres œuvres qui sont très bavardes mais qui n’ont pas le même impact émotionnel.

Je ne suis pas en train de dire que The Garden of Words est un chef-d’œuvre incontesté, mais il est beau, bien rythmé mais surtout touchant et humain. Il reste selon moi une très bonne expérience relaxante à regarder les jours de pluie…

Réalisation : Makoto Shinkai

Studio : CoMix Wave Films

Date de sortie : 2013

[Film] The Garden of Words : La Critique

Toutes les idées, images et vidéos présentées ci-dessus sont uniquement à but informatif et divulguées de façon amateur. Elles ne sont pas utilisées dans un but commercial ou à vocation commerciale

Publié dans Critiques Films

Commenter cet article