[Jeu] Shadow Of The Colossus : La critique

Publié le par Hamoniac

[Jeu] Shadow Of The Colossus : La critique

Lorsqu’un film, un livre ou un jeu a du succès, qu’est-ce qu’on fait ? Une suite ! Exactement ! Faire continuer l’histoire ou prendre les mêmes bases de jeu que l’œuvre à succès est souvent une idée très logique et sûre. Cela fait plaisir aux fans et assure donc les ventes du deuxième épisode. Mais parfois les créateurs ont l’intelligence de dire que faire une suite au jeu ne serait pas intéressant. Et c’est exactement comme cela qu’a pensé Fumito Ueda, créateur d’ICO en 2001, pour Shadow Of The Colossus.

Car ce jeu sorti en 2005 est un véritable changement de design, d’histoire et de principe par rapport à ICO. Bien que l’histoire semble se passer dans un univers similaire avec l’architecture, les habits et les langues utilisées, l’idée de base du jeu était de proposer une nouvelle expérience unique qui briserait les conventions vidéoludiques de l’époque.

Nous allons donc voir ce que le projet « NICO » (ICO 2) donne.

[Jeu] Shadow Of The Colossus : La critique

Une histoire simple mais pas assez développée :

Shadow Of The Colossus nous compte l’histoire de Wander un guerrier qui emmène le corps d’une femme sur son cheval, Agro. Il arrive dans une zone gigantesque désolée qui est, semble-t-il, l’ancienne demeure des dieux dont l’entrée est un temple gigantesque. Wander dépose le corps inanimé de la jeune femme sur un autel et une voix étrange qui se nomme Dormin se fait entendre et demande au guerrier solitaire ce qu’il vient faire sur ces terres interdites. Wander explique que cette jeune femme a été sacrifiée dans son village et qu’il trouve cela injuste. Il se dit donc prêt à tout auprès des dieux pour pouvoir la ramener à la vie. Dormin entends sa demande et lui propose un marché : Wander doit tuer 16 colosses qui vivent dans ces terres désolées pour pouvoir ramener son amie à la vie. Wander accepte et part donc à la recherche des mystérieux colosses des terres désolées avec son épée, son arc et son cheval.

Les prémices de l’histoire sont à nouveau très simples comme pour ICO. Mais le problème de l’histoire est qu’elle se développe très peu tout au long de l’aventure : On a une cinématique au début, une au milieu du jeu et une autre à la fin. La seule progression que l’on peut voir c’est les changements physiques de Wander et les minces présentations des monstres. La progression n’aide pas non plus le développement de l’histoire car elle est assez répétitive : Aller chercher le premier Colosse, le tuer, retour au temple et rebelote. Cela donne l’impression de faire une sorte de travail, ce qui était certainement l’intention au départ, mais en termes de développement de personnages, c’est pas top.

Par contre l’ambiance de solitude est à nouveau présente et est encore plus pesante que dans ICO je trouve car lors de vos recherches de colosses vous serez complètement seul sur votre cheval. Je reviendrai sur cet aspect un peu plus tard.

[Jeu] Shadow Of The Colossus : La critique

Une direction artistique magnifique :

Le jeu est sorti en 2005 sur PS2 et a impressionné beaucoup de monde à l’époque. La direction artistique est à peu près équivalente à celle d’ICO avec ces grands bâtiments en ruine. Mais ce qui marque c’est comment la nature est représentée : Il y a des animaux partout, le vent souffle dans les arbres, les falaises sont majestueuses et terrifiantes… Bref par rapport à ICO la nature prend une plus grande part et est bien représentée. Et cette nature qui reprend son droit sur les ruines donne tout le cachet de l’univers de Shadow Of The Colossus. Les colosses représentent bien cette dualité ruines et natures. Leurs corps sont recouverts de poil et de peau ou de carapaces. Mais certains sont aussi couverts de métal ou de pierre. Cela leur donne un côté très étrange qui les rend tout de suite intéressant et mystérieux. Les 14 colosses sont très différenciés (2 ont le même design) en termes de design, de sons et d’animation. Certains sont volants, d’autres sont humanoïdes, certains sont gigantesques, d’autres plus petits. Cette variété, rend chacune des rencontres un moment mémorable qui reste dans votre esprit pendant un long moment. En plus chaque Colosse a sa propre arène qui est elle aussi très reconnaissable.

[Jeu] Shadow Of The Colossus : La critique

L’animation est à nouveau très bien réalisée et surtout très réaliste. On peut deviner la masse de chaque colosse par rapport à sa façon de se déplacer. Chaque mouvement de déplacement ou d’attaque est d’une précision impressionnante qui rend les colosses encore plus vivants. Wander est aussi très bien animé avec de nombreuses animations de chutes qui rendent vraiment un aspect David contre Goliath. Agro le cheval n’est pas en reste avec des animations majestueuses de galop qui le rend aussi très vivant. L’animation dans un jeu c’est important je vous dis !

Par contre tout c’est éléments, l’animation, la taille des monstres, l’étendue des zones, sont un peu trop pour la pauvre petite PS2. En effet, le jeu souffrait de nombreux problèmes techniques comme l’apparition retardée de textures et surtout un nombre d’images par seconde très faible. Cela rendait le jeu peu agréable à jouer et à la limite du lisible. Heureusement, le jeu a été réédité en 2011 sur PS3 et a réglé de nombreux soucis techniques ce qui rend l’expérience de jeu beaucoup plus agréable.

Un projet artistique très beau artistiquement, mais peut-être trop ambitieux techniquement pour l’époque. Cela n’a pas empêché le jeu d’avoir un énorme succès à sa sortie initiale.

[Jeu] Shadow Of The Colossus : La critique

Une bande sonore grandiose :

Les effets sonores et le doublage sont de la même qualité que pour ICO. Les sons de la nature sont très reposants et à nouveau très détaillés. Cela fait un énorme contraste avec les colosses qui font un boucan monstrueux lorsqu’ils se déplacent. Vraiment impressionnant.

Mais la plus grosse différence est la musique. Plutôt qu’une musique électronique inquiétante, Shadow Of The Colossus part sur des compositions avec orchestre symphonique très impressionnantes et massives comme les colosses et les lieux que traverse notre héros. Et elles mettent vraiment dans l’ambiance pour combattre les Colosses. Mais elles sont aussi parfois très mélancoliques et donne à l’univers tout ce côté triste et désolé. Le seul problème est qu’il n’y en pas assez. On peut entendre plusieurs fois le même thème chez plusieurs colosses. Ce qui est un peu dommage car cela supprime le lien que l’on peut faire entre un thème et un colosse. Un autre problème est la progression des musiques pendant les combats. Au fur et à mesure du combat, la musique peux changer et prendre un thème plus épique par exemple pour signifier votre progression. Mais la musique est bizarrement coupée et transitionne assez mal ce qui brise fortement l’ambiance.

[Jeu] Shadow Of The Colossus : La critique

Un Boss Game :

Un Boss Game c’est un jeu vidéo où chaque combat que vous réaliserez se fera contre un ennemi spécifique. Shadow Of The Colossus est exactement cela. Avant d’aller combattre chaque colosse il vous faudra le trouver en utilisant l’épée magique dont vous êtes équipé qui indique la position du colosse que vous devez combattre. Vous devez ensuite vous y rendre à cheval en traversant la zone gigantesque du jeu. Pendant votre voyage vous êtes seul. Pas d’ennemis à combattre. Pas de personnages à qui parler. La seule chose que vous pouvez faire c’est récupérer des fruits pour augmenter votre barre de vie et des lézards pour votre barre d’endurance, sur laquelle je reviendrai plus tard. Je dois vous avouer cependant que ces recherches ne sont pas super intéressantes. Vous devrez souvent sortir de votre chemin initial pour trouver les fruits et les lézards sont très rares, difficiles à voir et difficiles à attraper. Cependant, le fait que vous ne fassiez pas grand-chose lors de ces déplacements renforce l’aspect solitaire de votre aventure et vous permet de réfléchir sur le sens de vos actions.

Une fois arrivé au Colosse, c’est l’heure du combat ! Chaque boss présente une situation différente qui fonctionne un peu comme une énigme. Votre but est d’atteindre les points faibles de chaque colosse et les poignarder pour les tuer. Il faut donc à chaque fois trouver un moyen de monter sur le colosse pour atteindre ces points faibles. Cependant, pour grimper il vous faut utiliser de l’endurance qui, si la barre atteint zéro, vous fait lâcher prise et vous fait chuter du colosse. Il faut donc monter rapidement le colosse pour atteindre le point faible mais aussi trouver des moments de repos pour pouvoir remplir votre barre d’endurance.

[Jeu] Shadow Of The Colossus : La critique

Et c’est les là que les problèmes commencent. Le jeu utilise un moteur physique très précis pour simuler les mouvements de votre personnage et du colosse. Ainsi, lorsque le colosse se débat pour vous faire tomber, Wander part dans une animation de secousse où son corps se balance de tous les côtés et parfois cela fait bugger la détection de l’escalade et Wander ne réponds pas correctement aux commandes. Ce qui fait que parfois vous tombez et devez recommencer le processus pour grimper sur le colosse. C’est très, très énervant. Car dans l’ensemble les combats ont des énigmes assez difficiles pour monter sur le colosse. Vous devez utiliser votre environnement ou votre arc et c’est vraiment impressionnant. La partie escalade est aussi très bonne avec un véritable sentiment d’insécurité et de peur de tomber. Mais lorsque le jeu bug, c’est frustrant et très long.

Mais je pense que les problèmes que j’ai pu rencontrer font partie de l’expérience. Font partie du feeling. Le fait que vous soyez dans des lieux désolés en faisant des choses assez basiques rend vos actions vides de sens. Comme tuer ces colosses. Vous avez un sentiment d’accomplissement lorsque vous arrivez enfin à trouver la bonne manière d’escalader, après avoir chuté plusieurs fois, et que vous arrivez à tuer le colosse. Mais juste après, une musique triste se déclenche et des tentacules noires apparaissent et transpercent Wander de part en part. Et ce pour les 16 colosses.

[Jeu] Shadow Of The Colossus : La critique

Et cette répétitivité maladive, (partir à la recherche du colosse, le tuer et revenir au temple), vous fait ressentir au plus profond de vous-même, que quelque chose n’est pas normal. Et c’est ce que j’aime beaucoup avec ce jeu. Il prend les codes du jeu vidéo d’action et les modifie pour proposer une expérience unique au joueur. Une expérience qui lui fait prendre en considérations ses actions et son rôle dans l’histoire. Et cela est possible grâce au design par subtraction déjà présent dans ICO. En se concentrant sur les colosses, Shadow Of The Colossus nous les présente comme des personnages plutôt que comme des ennemis simples. Ce qui fait que l’on s’attache à eux. Mais malgré tout il vous faudra les éliminer pour avancer dans le jeu et sauver votre amie.

Shadow Of The Colossus est un jeu qui prend son temps et un peu répétitif en termes de structure. Mais ces éléments, je pense, contribuent à l’histoire et à l’ambiance qui nous est présenté. Plus ambitieux qu’ICO, il est loin d’être parfait, mais propose une expérience unique et poétique que je recommande à tout le monde.

Editeur : Sony

Développeur : Team ICO

Dates de sortie : 2005 et 2011

Plateformes : PS2 et PS3

[Jeu] Shadow Of The Colossus : La critique

Petite présentation du début du jeu par notre ami Rewind !

Publié dans Critiques Jeux

Commenter cet article