[Jeu] Final Fantasy : Type 0 HD-La Critique

Publié le par Hamoniac

[Jeu] Final Fantasy : Type 0 HD-La Critique

J’abandonne rarement des jeux en cours de route. Même si le jeu est mauvais ou frustrant j’essaye quand même d’y revenir après une petite pause pour finir ce que j’ai commencé. Je trouve cela dommage de commencer une expérience et de ne pas la finir car on ne peut pas avoir un regard objectif sur l’ensemble de l’œuvre. C’est comme regarder la moitié d’un film et donner son avis sur la fin, c’est un peu débile. Par contre, Final Fantasy : Type-0 est un des rares jeux que j’ai complètement abandonné et que je sais que je ne finirai jamais.

Tout d’abord, je voudrais vous dire que je n’ai pas eu beaucoup d’expérience avec la série Final Fantasy qui compte plusieurs dizaines de jeux en comptant les Spin-offs. Je sais juste que ce sont des jeux de rôles dont les épisodes des années 80 au début des années 2000 sont très appréciés. La série compte aussi des jeux de gestions, des jeux d’actions, des jeux tactiques et des jeux de rythme (si je vous assure). Bref une vraie franchise très juteuse qui a commencé à se dégrader avec le 13 ème épisode de la saga et ses suites. Enfin, c'est ce que me disent les fans.

Type-0 était donc au départ un jeu spin-off sur la Playstation Portable de Sony uniquement sorti au Japon en 2011. Cet épisode était très orienté action et se vendait comme un jeu proposant une grande variété de personnages et un mélange d’action et de jeu de rôle plutôt sympathique. Cet épisode est donc ressorti en 2014 sur PS4 sur tout le globe pour promouvoir la démo du très attendu Final Fantasy XV. Un coup marketing des plus classiques… J’ai donc acheté le jeu car j’aime beaucoup la série de jeux Tales Of qui est aussi une série japonaise mélangeant action et jeu de rôle. Et je pensais vraiment m’amuser avec. Mais finalement non…

La scène d'ouverture est d'une rare violence.

La scène d'ouverture est d'une rare violence.

Une histoire insipide et très compliquée :

Type 0 se passe dans un univers où trois royaumes vivent chacun dans leur coin avec leurs propres technologies, croyances et magies. Un jour, un des royaumes trouve que l’herbe est plus verte chez le voisin et va donc l’envahir. La capitale du royaume attaquée est quasiment dévastée car l’envahisseur utilise une arme secrète qui bloque la magie. Le royaume est donc quasiment sans défense car l’ensemble de leurs armes se base sur leur magie. Heureusement, une section secrète de l’armée appelée section 0, arrive à repousser l’envahisseur car ils peuvent apparemment utiliser leurs pouvoir malgré l’arme anti-magie. Le rôle de la Section 0 est à présent de reprendre le contrôle du reste du pays, de découvrir les raisons de cette attaque et les origines de l’arme anti-magie.

Le synopsis présenté comme cela, à l’air assez simple et engageant pour une aventure de batailles épiques et de drames importants. Et c’est effectivement l’approche que je pensais qu’allais prendre l’histoire. Le prologue a par exemple des scènes assez sombres et violentes que j’ai rarement vu dans un J-RPG. Malheureusement ce thème n’est pas exploré dans le futur ou alors de très loin ce qui est dommage. Car nous sommes dans une quête pour sauver le royaume mais à côté de cela nous avons plein de tâches à accomplir pour l’école militaire. Car oui la Section 0 fait partie d’une école militaire qui ressemble plus à un Lycée qu’au camp d’entrainement des SAS britanniques. Cela enlève tout côté dramatique lorsque vous vous baladez dans l’école et que vous entendez les discussions des étudiants parlant de leurs amourettes ou je ne sais quoi. Mais bon ça je peux laisser passer.

Par contre ce que je ne peux pas laisser passer c’est la présentation de l’univers. Le jeu s’ouvre sur une cinématique qui vous enfourne des terminologies jusqu’à vous noyer sans jamais vous les expliquer. Enfin, si. Dans les textes exposants l’univers, les termes, la situation géopolitique et la couleur de la culotte de l’archiduc. D’habitude, j’aime bien les petits textes expliquant l’univers d'un jeu le rendant plus riche et plus intéressant. Mais ça ressemble plus à une punition. Vous en avez dix à lire juste après avoir fini le prologue et ils sont limite obligatoires pour comprendre tout le vocabulaire qui vous a été donné et ce qui s’est passé. Ce n’est pas l’idéal de donner du texte à lire à un joueur de manière aussi déconnectée d’une part mais d’autre part si les mots utilisés dans la première cinématique avaient été gardés simples je n’aurais pas été soûlé dès les cinq premières minutes du jeu. Car lorsqu’on cherche un peu, l’univers est assez bien détaillé et intéressant. Mais elle est gâchée par un vocabulaire compliqué pas expliqué et un manque de présentation de l’histoire de manière fluide et naturelle.

"Si j'ai un masque sur le visage, ça veut dire que je suis mystérieux... huhuhu..."

"Si j'ai un masque sur le visage, ça veut dire que je suis mystérieux... huhuhu..."

Si en plus il n’y a que des personnages plats et une présentation calamiteuse cela ne va pas aider. Il est souvent difficile de suivre l’histoire car les scènes d’exposition sautent de groupes de personnages à groupes de personnages. On commence par un conseil de guerre, ensuite on passe à une discussion entre deux scientifiques, on repasse au conseil de guerre puis on passe au point de vue de l’ennemi pour enfin arriver à la salle de classe de la Section 0. C’est d’une confusion ! En plus si c’est pour déblatarer du jargon militaire inintéressant et ajouter encore plus de vocabulaire incompréhensible, autant que j’aille jouer à Call Of Duty !

Le bât blesse vraiment lorsque je me suis rendu compte qu’il n’existe aucun personnage fort et marquant. Les personnages sont la plupart du temps assez plats et inintéressants à part quelques attitudes un peu rebelles de certains membres de la Section 0. Et ce qui est terrible c’est que je n’ai retenu aucun nom ! Il y a trop de personnages ! Trop d’histoire inexpliquée ! Trop de vocabulaire ! C’est vraiment fatiguant à suivre…

Peut-être que les problèmes de présentation sont dues aux limitations techniques de la machine originelle qui était une console portable. C’est certainement pour cela qu’ils ont dû présenter une partie de l’histoire dans les textes annexes. Cependant, cela n’excuse pas l’univers sur-compliqué et l’écriture bancale des personnages. Et cela m’énerve car je sais que les créateurs peuvent être capables de mieux. Dans une des quête annexes, je me suis vraiment attaché aux personnages : L’histoire d’un homme qui veut rendre hommage à son frère mort au combat lors de l’attaque de la capitale. L’écriture est toujours aussi maladroite mais j’ai réellement senti de l’émotion dans l’histoire qui mettait racontée. Et j’ai trouvé cela cent fois plus intéressant, parlant et touchant que toute la palabre militaire et géo-politico-débilitique que le reste du jeu propose !

L’histoire est un fouillis insensé mal écris et mal présenté qui aurait été bien plus intéressante si elle était restée à un niveau plus humain.

Certain moments sont touchants mais ils sont très, très rares.

Certain moments sont touchants mais ils sont très, très rares.

Des graphismes plutôt impressionnants :

Il est vrai que pour un jeu qui était originellement sur la PSP le jeu est assez soigné. Les décors de l’école et de certaines zones de missions sont très colorés et vivants avec de nombreuses animations et effets comme la réflexion de la lumière sur les surfaces. Les personnages n’ont pas la même attention au détail mais ils sont suffisamment colorés et le design des vêtements est très bien réalisé. La Section 0, comme ils sont rebelles, portent leurs vêtements de différentes manières et sont très reconnaissables par les armes qu’ils utilisent et leur animations de combat ce qui est une touche plutôt sympathique.

Par contre, les limitations techniques de la PSP ne tardent pas à se faire voir. Comme la plupart du jeu vous fait voyager sur un continent entier, vos voyages se font sur une carte qui malheureusement manque un peu de détails. Cela donne un côté un peu retro rappelant les anciens épisodes de la série, mais ce n’est pas très joli à voir et un peu ennuyeux car vous passerez la plupart de votre temps sur cette carte. Autre limitation est l’utilisation réduite du moteur du jeu pour les cinématiques. Des scènes pré calculées sont utilisées pour les scènes avec beaucoup d’action, malheureusement ces scènes ont un filtre jaunâtre assez moche qu’on ne retrouve nulle part ailleurs dans le reste du jeu. C’est assez bizarre comme choix artistique.

Cependant, le plus gros problème du jeu est la lisibilité. La caméra d’une part est assez étrange à contrôler puisque elle n’est pas fluide et tourne beaucoup trop vite. J’ai dû m’arrêter de jouer à plusieurs reprises juste parce que j’avais mal aux yeux ! La caméra est aussi souvent mal placée lors des combats. Elle est trop basse, se concentrant plus à donner un effet dynamique aux combats, et vous empêche de voir correctement les petits ennemis. Toujours dans les combats, les effets sont certes très jolis, mais il y en a tellement que la visibilité de l’action devient proche de zéro en combat. Super pratique !

Une bande son pour les fans :

Les effets sonores ne sont pas très marquants à part quelques petits sons mignons de certains monstres et animaux. Les doublages sont pareils en plus d’être assez rares. Le doublage japonais étant un tout petit plus engageant que le doublage anglais.

Par contre la musique est très bien produite et colle très bien aux différentes situations. Elle est souvent très orchestrale et donne un côté très solennel qui colle à l’univers militaire. Je me suis rendu compte aussi que certains morceaux sont des réarrangements d’anciens morceaux très populaires de la série, un petit clin d’œil très sympa pour les fans.

Certains designs sont vraiment bien réussis.

Certains designs sont vraiment bien réussis.

Un système de jeu avec des idées, mais... :

Le principe de base du jeu est plutôt sympathique : il s’agit d’un jeu de rôle qui propose beaucoup d’exploration et des combats aléatoires. Le twist est que les combats se déroulent sous forme de combats en temps réel, ce qui change la formule classique de la série du combat au tour par tour. Vous avez 14 personnages à votre disposition dès le début du jeu qui ont chacun leurs propre armes. Vous pouvez les personnaliser et les équiper d’objets pour améliorer leurs statistiques. Un principe sympathique du jeu est que vous devez récupérer l’énergie des ennemis vaincus pour pouvoir améliorer vos capacités. Plus d’ennemis sont à terre en même temps, plus vous récupérer un bonus d'énergie. Dans l’ensemble il y a de bonnes idées dans ce jeu.

Le seul problème c’est que, port de PSP oblige, tout est limité !!!!

-vous avez 14 personnages à choisir mais vous ne pouvez en emmener que trois sur le champ de bataille. En plus certaines techniques de combat se ressemblent tandis que tous les personnages peuvent tous faire la même magie. Ce qui enlève tout élément de spécialisation au jeu.

-La montée en niveau est très lente et très laborieuse à cause de la limite de personnages sur le champ de bataille.

-La personnalisation des attaques est très limitée car vous n’avez que 4 boutons d’actions dont un déjà utilisé pour l’esquive ou la garde.

-Lors de l’aspiration de l’énergie des ennemis, vous êtes coincé sur place tandis que les monstres aux alentours continuent à vous attaquer.

-Il n’y a que deux ou trois compositions d’ennemis lorsque vous êtes dans une zone, ce qui devient vite répétitif.

-Le changement d’armes, d’équipement et d’objets équipés ne peut se faire que dans les villes et pas dans un menu en direct ! Ce n’est pas pratique !

Mais le pire c’est le système de temps ! Pour pouvoir réaliser une quête principale, il vous faut d’abord passer du temps à faire des combats pour monter de niveau, accomplir des quêtes annexes ou regarder l’herbe pousser. Je l’ai ressenti comme un mur qui m’empêchait de jouer le jeu à mon rythme alors qu' il voulait m’imposer le sien artificiellement. C’est vraiment énervant. En plus, à cause de tous ses problèmes le jeu souffre d’un manque de rythme flagrant et devient vite répétitif et sans saveur.

La mission d'ouverture est très bien réalisée niveau rythme. Mais cette qualité ne continue pas par la suite.

La mission d'ouverture est très bien réalisée niveau rythme. Mais cette qualité ne continue pas par la suite.

C’est vraiment dommage car le principe de combat m’avait vraiment attiré au départ mais à cause des limitations subsistantes de la version PSP, le jeu est, je pense, pas dédié pour un jeu en salon. Les jeux PSP ont souvent été désignés pour des sessions de jeu rapides comme les jeux Metal Gear Solid : Portable Ops et Peace Walker. Des missions courtes mais intenses et intéressantes qui se jouaient au maximum en 30 minutes. Parfait pour jouer dans les transports en commun ! C’est un peu comme cela que Type 0 a été pensé au départ. Mais contrairement à Peace Walker, Type 0 n’a pas réussi à rester intéressant en passant sur console de salon. Peace Walker a fait des sacrifices sur des éléments mineurs pour rester jouable sur console portable gardant ainsi le cœur de jeu et l’histoire intactes. Type 0, lui, contourne maladroitement ces limitations et n'arrive pas à trouver un rythme constant ou à avoir quelque chose qui incite à revenir à part refaire toujours et encore les mêmes combats. En plus de cela l’histoire est mal présentée ce qui plombe l’ensemble du produit.

Je pense que des modifications autres que graphiques et sur les contrôles auraient dû être faites sur Type 0. Le jeu aurait dû être modifié partiellement pour faciliter l’utilisation du jeu et pour que l’expérience soit plus agréable. Malheureusement cela n’a pas été le cas et je n’ai pas fini et ne finirai certainement jamais Final Fantasy : Type 0 malgré les quelques bonnes idées qu’il avait. Je ne le recommande malheureusement pas du tout à part pour les fans hardcores de la série Final Fantasy. . Et encore…

Editeur/Développeur : Square Enix

Plateformes : PS4 (critique), PSP et PSVita

Date de sortie : 20 mars 2015

[Jeu] Final Fantasy : Type 0 HD-La Critique

Bande Annonce en japonais du jeu avec de nombreuses situations de combat.

Toutes les idées, images et vidéos présentées ci-dessus sont uniquement à but informatif et divulguées de façon amateur. Elles ne sont pas utilisées dans un but commercial ou à vocation commerciale.

Publié dans Critiques Jeux

Commenter cet article